Pourquoi Bailleul ?

Publié le par x

Le 10 juillet, nous sommes à la "jungle" de Loon-Plage, près de Dunkerque. Le téléphone d'une bénévole sonne. Un exilé vietnamien est dans sa tente et grelotte. Il s'est cassé la jambe, ses amis l'ont emmené en bus jusqu'à la polyclinique, d'où il est ressorti plâtré, mais à la rue, son état ne nécessitant pas une hospitalisation, tout au moins pour le commun des mortels qui peut rentrer chez soi et bénéficier d'un suivi médical.

Les histoires de ce type font aussi partie du quotidien calaisien. Combien d'exilés amenés aux urgences en soirée en sont ressortis au beau milieu de la nuit, bras ou jambe plâtré, avec parfois en poche une ordonnance pour retirer leurs béquilles le jour venu, sans aucun hébergement ? Pour combien il a fallu ferrailler souvent pendant plusieurs jours pour leur trouver un toit, et combien ont passé leur convalescence dehors ?

Qui a oublié ce Soudanais qui pendant l'hiver 2008-2009 se présentait le soir grelottant de fièvre devant le gymnase ouvert pour le plan grand froid, qu'on amenait tous les matins aux urgences, et qu'on retrouvait tous les soirs devant le gymnase tout aussi grelottant de fièvre après avoir passé la journée dehors ?

Qui a oublié cet autre Soudanais arrivé avec un groupe d'amis à Calais, qui, quand ses amis sont passés en Angleterre, et pas lui, s'est enfermé dans le mutisme, a fini par manger de plus en plus rarement, a fini par se lever de plus en plus rarement, même pour pisser, qu'on a finit par conduire en désespoir de cause et l'hiver venant à l'hôpital psychiatrique, dont il est parti au bout de quelques jours, et qui a retrouvé la parole et son humanité quand on lui a trouvé un logement ?

Un grand merci donc à Flandre Terre Solidaire d'avoir proposé une solution à une partie au moins de ces situations.

Merci pour les mineurs qui ont pu se poser là, s'informer et réfléchir à leur projet, et dont certains ont depuis décidé de rester en France après des mois de "jungle".

Merci pour les demandeurs d'asile qui ont pu être accompagnés dans leurs démarches.

Souhaitons que l'accueil rouvre bientôt à Bailleul, et que d'autres lieux comme celui-ci puissent voir le jour.


Commenter cet article