vendredi 9 juillet: de Calais à Grande Synthe (Dunkerque)

Publié le par x

14 cyclistes, 55 km de petites routes, le long de plages et de canaux.

 

Départ de Calais (on remarque la "discrète escorte" derrière les cyclistes, vérifiant que nous quittons bien la ville)

 

 

 P1030147.JPG 

 P1030143.JPG

 

Petite visite "touristique" à la sortie de Calais : vue sur sur la jungle des Pachtounes détruite le 22 septembre 2009. Ce campement abritait en juillet 2009 de 800 à 900 personnes dans quelques 130 cabanes, comprenant une mosquée, deux épiceries, un café, des coiffeurs... Le 22 septembre au matin, les quelques 250 personnes qui étaient restées là jusqu'au bout ont été arrêtées brutalement, emmenées dans des autocars, tandis que les habitations et leurs effets personnels étaient détruits. L'après-midi, le ministre donnait une conférence de presse pour célébrer sa victoire.

 

PICT0014.JPG 

 

 

Sommes accueillis par la Communauté Emmaüs de Grande Synthe, et quelques médias, ces derniers parfois insistants sur une vision des migrants comme personnes "nuisibles" à la  sécurité des riverains. Il est encore long le chemin à parcourir pour que ce regard change.

 

PICT0025.JPG

 

Petit tour en compagnie des journalistes et de bénévoles d'Emmaüs au campement où se trouvent des vietnamiens et des Kurdes irakiens. 

PICT0030-copie-1.JPG

 

... et de leur "pichilla"

PICT0031.JPG

 

 

 

PICT0029.JPG

 

P1030179.JPG

 

 

  Croquis de Raphaël, un cycliste:

 

PICT0034.JPG

 

 

Match de volley improvisé: la défaite de l'équipe cycliste  face à l'équipe jungle est honorable: 17 à 19.

P1030193.JPG

 

PICT0038.JPG

 

Après un délicieux repas  préparé par nos hôtes d'Emmaüs, échanges, discussions très riches entre les nombreux présents de:  Terre d'Errance Flandre littorale, Médecins du Monde, SALAM Dunkerque, Emmaüs Dunkerque, bénévoles de St-Omer, Terre d'Errance Norrent-Fontes, La Marmite aux Idées, l'Auberge des Migrants, Amnesty International, demandeurs d'asile, migrants en convalescence chez Emmaüs, Compagnons, cyclistes du Jungle-tour...

Parmi les idées exprimées: " difficultés pour les bénévoles de s'improviser juristes pour tenter de faire respecter les droits des réfugiés", "surprise de constater que les bénévoles sont trop souvent obligés de s'impliquer sur des domaines  dans lesquels les interventions devraient relever de compétences professionnelles (protection des mineurs, accompagnement des demandeurs d'asile...)"

 

La soirée se termine en musiques et chansons avec Abdel, Mehdi et les autres...PICT0044.JPG

Commenter cet article